La fabrication du savon de Marseille

La cuisson du savon

Quatorze jours sont nécessaires à la fabrication du véritable savon de Marseille.

Le « procédé marseillais », ou cuisson dite « à grand feu » :

Etape 1 : La saponification ou « empâtage »
C’est la transformation des huiles végétales en savon, sous l’action de la soude et de la chaleur, dans un grand chaudron.

Etape 2 : Le lavage
La pâte de savon est lavée plusieurs fois à l’eau salée afin d’éliminer la soude restante.

Etape 3 : La cuisson
Le savon cuit pendant 10 jours à une température de 120°C,  sous la surveillance du maître -savonnier.

Etape 4 : La liquidation
Plusieurs lavages à l’eau pure permettent d’obtenir un savon « extra pur », débarrassé de toute impureté.

L’ensemble de ces étapes s’appelle “la cuite”. Phase déterminante et délicate, elle requiert toute l’attention du maître savonnier.

La coulée du savon

Etape 5 : La coulée de la cuite
La pâte de savon est ensuite versée, encore chaude (entre 50 et 70 °C), dans les “mises”, gigantesques moules, grâce à un canal articulé en bois appelé “goulotte”.

La connaissance des ingrédients et des étapes ne suffit pas ; seul le secret d’un savoir-faire, transmis de génération en génération, peut garantir la réussite du savon.

Malgré un procédé de fabrication spécifique, le savon de Marseille ne bénéficie pas d’appellation contrôlée, autorisant ainsi de nombreuses dérives.

Le séchage du savon

Etape 6 : Le séchage
Le savon sèche pendant quarante-huit heures à l’air libre. Par jour de mistral, les fenêtres exposées au nord sont ouvertes, permettant ainsi de réduire le temps de séchage.

Etape 7 : Le découpage
Une fois sec, le savon est coupé dans les mises en pains de 35 kg, à l’aide d’un couteau tiré par un treuil. Les pains sont à leur tour découpés dans une machine pour en faire des blocs de différentes tailles.

Le moulage du savon

Etape 8 : Le moulage

Il existe deux types de marquage : frappé à la main pour les barres, ou moulé en machine pour le cube. Ce dernier est estampillé sur les six faces, signe de reconnaissance du traditionnel “savon de Marseille”.